Anne-Emilie Philippe – Lille

 

La liste des artistes présents parmi nous en février s’agrandit de jour en jour et fait briller les mirettes,  annonçant un week-end gratiné !

Dans la suite de la belle sélection de l’édition 2018, on continue avec

Anne-Emilie Philippe – Lille, FR

Une petite présentation en quelques mots

J’ai des pratiques variées, de l’image imprimée à la céramique, mais globalement je dirais que je travaille l’image. Après, ça prend la forme d’installations ou de publications. L’envie de faire des livres est venue très tôt, j’affectionne le papier comme matériau. D’ailleurs mon premier livre, je l’ai fait à cinq ans ! Je l’ai retrouvé récemment, une suite de dessins abstraits au crayon de papier et de miettes de pain collées choisies pour leurs formes, un truc bizarre sur papier coloré … reliure au scotch.

Quelles pratiques as-tu pour quels usages? As-tu une technique phare, peut-être?

J’ai toutes sortes de pratiques et j’adore apprendre de nouvelles techniques, du cyanotype à la lithographie, de la sérigraphie à la céramique, du verre à la risographie. J’ai quand même eu une solide formation en image imprimée toutes techniques confondues et j’essaie de l’enrichir régulièrement. Récemment, j’ai imprimé des images seulement avec le soleil en utilisant l’acidité présente dans le papier choisi. Elles sont exposées en ce moment au Centre de la gravure à La Louvière jusqu’en avril dans le cadre de mon exposition Eau/Soleil, au côté d’autres pièces, dont des impressions offset-lithographies et des sérigraphies.

 Quel est ton rapport au monde de la micro-édition?

Je ne sais pas s’il y a un monde de la micro-édition, je pense qu’il y a plutôt des mondes ! Ce qui est agréable avec ces pratiques autonomes, c’est que l’on peut inventer des espaces et c’est toujours chouette de se retrouver lors de salons ou d’évènements pour les partager !

 

– Bien d’accord avec le partage, c’est sûrement le maître-mot du festival héhé! Pour toi, serait-ce plus un acte éthique ou esthétique?

Les deux à la fois, mais pour moi c’était aussi une nécessité pour faire ce que je voulais avec peu de moyens au moment où j’ai commencé.

Quelles relations entretiens-tu avec les différents artistes ou éditeurs qui t’entourent? Quelques collaborations, éditions ou expos collectives à ton actif?

Cela varie au gré des rencontres, j’adore le travail en collaboration mais je suis tout de même assez solitaire finalement. Mais je construis toujours mon travail en me confrontant à d’autres regards, c’est important pour moi même dans les projets en solo !

Quelques influences à nous faire découvrir?

Wow ! Question vertigineuse tant il y a d’artistes dont je pourrais parler ! J’aime bien le travail plein d’énergie de Ciara Philips, et plus globalement la logique anglo-saxonne qui réconcilie art et artisanat sans annuler regard poétique et politique.

Et pour finir, quelques projets tout neufs à nous partager?

Mon exposition « L’oeil ondulé » sera vernie le 9 février à Maubeuge dans un lieu qui s’appelle Idem, c’est pas loin de la Belgique ! 😉 J’y montrerais notamment une sérigraphie produite avec Alain Buyse. D’autres projets en route, un drapeau exposé en Normandie, un imagier sur le genre qui sera montré au Rayon en mai, une résidence lointaine en perspective… En attendant, je vais essayer de produire quelques nouveautés à amener sur le salon Papier Carbone !

Petit lien vers son site web, à ne pas rater > https://anem.name

See you there !

EnregistrerEnregistrer